Les aléas du métier

Par Carline, le 11 Aug 2017 11:44

Mardi 8 août. 7h30. Je suis à l’entrée de l’écurie Maingard. Objectif : arracher quelques minutes à Ricky. Pas une mince affaire ! L’homme est connu pour ses sautes d’humeur. Surtout avec la journée qu’il venait de connaître… J’appréhende le pire, mais comment pouvais-je dire ‘non’ à ma rédaction qui m’a désigné pour cette tâche «ingrate» ? Faut y aller ! Je croise Brinda. «Hello ! 

Ki manyer ?» me demande-t-elle. Ça va déjà mieux ! Je prends mon courage à deux mains. Les palefreniers sont affairés. My Boy Willie est dans le manège. Il a l’air de s’être remis de sa chute sur l’asphalte, mais a des séquelles sur tout le corps. Plus loin, Pinpin astique Parachute Man. Il est minutieux ce mec ! Le monstre se laisse faire docilement. Huile de chameau. Brossage dans le sens du poil. Il finit avec une serpillière propre. Me voyant arriver, Pinpin lance en ma direction : «To pe vinn fer interview man ? Boss pa dans mood. Revinn enn lot jour !», Pas question de rebrousser chemin. Je vois un Ricky en pleine réflexion à son bureau. Il fait ses entrées. A ses côtés, le Dr Alexandre Henry. Comment l’aborder ? Pas question de l’interrompre dans cet exercice non plus. Sinon, bonjour les dégâts !

Je décide d’attendre. Erreur ou pas, je me fais devancer par un confrère. 10 minutes, 15, 20 ! Il passe une éternité avec Ricky. Mon allergie au foin me tue presque. Au bout d’une trentaine de minutes, ils mettent enfin un terme à leur conversation ! Ricky me regarde. Il laisse parler son body language. «Qu’est-ce qu’il me veut encore celui-là ?» semble-t-il se dire. On se salue. Je lui explique la raison de ma présence. Je m’attendais à une réplique sèche, voire laconique. Mais l’homme est moins ombrageux, plutôt réceptif à ce que je lui explique comme demande. Celle-ci est la suivante : la performance de ses chevaux en général, surtout celle de Parachute Man dans le Golden Trophy. «Mes chevaux courent mal. Les meilleurs de mon yard portent le top weight, alors que ceux dans les divisions inférieures concourent contre des unités plus que valables cette saison.»

Question suivante : «Et quid des ‘bumps’ dont a été victime Parachute Man » ? A cela, Ricky répond : «Bonne question ! Allez demander aux commissaires pourquoi on a ‘bumped’ Parachute Man. Après quoi, il n’avait plus la tête à l’ouvrage. C’est la quatrième fois que cela arrive à mes chevaux. A-t-on voulu faire perdre Parachute Man parce qu’il était coté à Rs 200 chez les bookies ? C’est la question à poser !»

Le timbre de sa voix redescend… Ayant eu sa réaction sur Parachute Man – ce qui n’était pas gagné d’avance – je déguerpis, satisfait d’avoir gagné ce challenge. Oui, pour mes collègues de la rédaction, c’était bel et bien un challenge pour le jeune journaliste que je suis !

  • Fantastic Light Images