Les commissaires rentrent bredouilles

Par Carline, le 05 Jun 2019 13:19

Le jockey Piere Strydom a été sommé d’être plus agressif dans ses montes. C’est ce qui ressort de l’enquête d’hier, ouverte pour faire la lumière sur la performance du jockey sud-africain sur Chili Con Carne, plus particulièrement la léthargie du jockey au départ. Cette enquête n’a débouché sur rien, si ce n’est qu’un avertissement a été servi à Strydom pour être plus agressif.

«Go forward. But if someone else insists, take the box seat». Ce sont les instructions données à Piere Strydom et c’est l’assistant-entraîneur Subiraj Gujadhur qui l’a dit aux commissaires. Sauf que, quelques minutes auparavant, le jockey Strydom a fait mention de «box seat», mais point de «go forward».

Lorsque le Chief Stipe, Stéphane de Chalain, a voulu connaître le sentiment de Subiraj Guja­dhur sur la prestation de Strydom au départ, l’assistant-entraîneur a dé­­claré : «I think he should have insisted a bit more. But after the race, he explained that Pera Palace was faster and that he did not want to go in a cut throat». Le film de la course montre que le jockey n’a jamais essayé de «go forward» et faire travailler Pera Palace alors qu’il était dans une position de le faire. Pourquoi ? A cette question de De Chalain, le cavalier sud-africain a répondu : «I was happy with the box seat. It was an ideal position». Pouvait-il rendre la vie un peu difficile à Pera Palace ? «Probably». C’est la réponse qu’il a donnée aux commissaires. Avant d’ajouter un peu plus tard : «I was happy with my position. If my horse was good enough, I would have beaten Pera Palace». Le cavalier sud-africain en a aussi profité pour vanter les mérites du cheval de Maingard, battu par White River dans ses seules courses jusque-là.

Même si au début de l’enquête, Subiraj Guja­dhur était sur la même longueur d’onde que les commissaires, il n’a pas pour autant critiqué la monte de son jockey puisque, un peu plus tard, il devait déclarer que Chili Con Carne n’aurait probablement pas terminé à la deuxième place si son jockey avait insisté sur la partie initiale.

«In Trouble»

Si éviter un coupe-gorge est tout à fait louable et incontestable, les commissaires auraient dû décortiquer davantage la prestation du jockey au départ. A-t-il montré l’intention de mettre à exécution la tactique initiale ? Il fallait également que Subiraj Gujadhur soit plus explicite. Qu’attendait-il de son jockey lorsqu’il lui avait demandé de «go forward». Pourquoi Chili Con Carne n’a pas fait travailler Pera Palace comme Nunes l’avait fait sur White River ?

Si Hugues Maigrot, l’un des commissaires, est resté silencieux tout au long de l’enquête, les questions des deux commissaires sud-africains ont laissé dubitatif. 
L’un a voulu connaître l’état dans lequel Chili Con Carne était retourné à l’écurie, et l’autre, si Strydom avait subi une quelconque pression de la part de Pera Palace.

Strydom, à ce moment-là, devait saisir la balle au bond et a fait état de pression qu’il sentait venant de l’extérieur où se trouvait Pera Palace. Mais très vite, le Chief Stipe lui fait remarquer que la pression commençait à venir au premier tournant et qu’il avait suffisamment de temps pour essayer de faire courir Pera Palace. Strydom n’a pas nié.

Après avoir étudié le cas, Stéphane de Chalain a déclaré à Strydom que les commissaires n’allaient pas «proceed further» avec l’enquête et qu’ils avaient pris en considération (i) qu’il «did ride to instructions», (ii) «is not known to be one of the most aggressive riders» et que (iii) «Chili Con Carne was hanging in and according to the board, he could not have finished closer to Pera Palace on the day.» Les explications de Strydom ont été notées, sans plus.

Mais le Chief Stipe a aussi fait savoir à Strydom qu’il aurait été «in trouble» si Chili Con Carne avait terminé plus près du vainqueur Pera Palace. A ce sujet, «is it the intent or the result of the race that needs to be questioned ?» s’interroge un ancien commissaire.

The Insider's Verdict
The Insiderz Verdict
  • Fantastic Light Images