Pourquoi Strydom n’a pas été interrogé avant la course ?

Par Carline, le 07 Jun 2019 10:48

Alors qu’au Champ de Mars ainsi que dans tous les off-course outlets de Port-Louis à Mahébourg, la grande majorité des turfistes tirait la conclusion qu’il fallait compte tenu du betting trend de la 6e course, les commissaires, eux, n’ont, semble-t-il, rien vu venir.

Sinon comment expliquer qu’ils n’ont pas jugé bon de convoquer Piere Strydom et son entraîneur pour leur demander des précisions par rapport à la tactique qu’ils allaient adopter avec Chili Con Carne ? Pourtant, la cote de Pera Palace avait grimpé en flèche (Rs 550 à Rs 220) alors que celle de Chili Con Carne avait accusé une baisse sensible (Rs 330 à Rs 650). Il y avait donc suffisamment d’éléments pour qu’ils interrogent les parties concernées. Mais pour des raisons que l’on ignore, ils ne l’ont pas fait.

Pourtant, lorsque la cote de Volatile Energy (7e course – 7e journée) avait accusé une baisse (de Rs 350 au call over à Rs 700 à la fermeture des paris), ils n’avaient pas hésité à convoquer Shirish Narang et son jockey Bruno Reis pour leur demander des explications avec l’aide de celui qui avait agi comme l’interprète de service, Manoel Nunes.

Un betting coup qui ressemble à un véritable daylight robberyaétéperpétré au vu et au su de tout le public turfiste et les commissaires sont restés cloîtrés dans leur tour d’ivoire sans réagir. Nous n’osons pas penser une seule seconde qu’ils n’étaient pas au courant de la betting rise surprenante notée dans la cote de Pera Palace. Si tel était le cas, ce serait vraiment très, très grave. Dans ce cas précis, l’expertise sud-africaine des deux stipes Mike Jones et Mlle Julia Keevy s’est révélée «useless».

Selon des informations que nous avons recueillies, ce n’est que lorsque les chevaux tournaient derrière les stalles que certains jockeys ont été avisés que leurs montes allaient être «closely monitored». Bien évidemment, il était déjà trop tard.

Invité à commenter cette situation, un ancien commissaire devait nous révéler que lorsqu’il siégait sur le board, il avait souvent déploré le fait que les RS passaient souvent trop de temps entre les courses à rédiger l’Interim Report au lieu de se focaliser sur le speed mapping et le betting trend de la course à venir. Il estime que cela a bien pu être le cas avant la sixième course samedi car, de toute évidence, la situation exigeait que certains jockeys et leurs entraîneurs soient convoqués d’urgence.

The Insider's Verdict
The Insiderz Verdict
  • Fantastic Light Images