Convalescence : en coulisse ça grogne

Par Carline, le 05 Sep 2019 11:52

Acteurs majeurs de la scène hippique, les jockeys mauriciens sont-ils pour autant bien pris en charge en cas de longue absence de la compétition ? La question mérite en tout cas d’être posée, compte tenu des sommes importantes que nos local boys investissent dans leur assurance, rendue obligatoire pour exercer leur métier.

A ce chapitre, Rye Joorawon en sait quelque chose, lui qui est out jusqu’à l’année prochaine après sa chute spectaculaire sur Consul Of War, qui lui a valu deux interventions chirurgicales au poignet. Brandon Louis n’est pas mieux loti non plus. Après avoir été opéré de la cheville, il fait face à au moins deux mois sur la touche.

Selon les principaux concernés, ils se débrouillent comme ils peuvent en attendant d’être dédommagés par leur assureur, chose qui ne devrait pas intervenir dans un proche avenir.

Un autre cavalier mauricien a, lui, déchanté quand il a pris connaissance de sa fiche de paie, où plus de 90% ont été ponctionnés de ses revenus ! S’il avoue ne pas connaître encore tous les détails, en revanche cela ne l’étonnerait guère de savoir que la majeure partie de cette somme concerne son assurance. Face à tous ces désagréments, est-il donc viable pour les Mauriciens d’embrasser une carrière de jockey ? Food for thought.

The Insider's Verdict
The Insiderz Verdict
  • Fantastic Light Images