Walk-over pour Kamal Taposeea et Nicolas Carosin

Par Carline, le 12 Feb 2020 13:08

Tout comme ce fut le cas l’an dernier, les membres du Mauritius Turf Club (MTC) n’au­ront pas à se déplacer aux urnes pour élire leurs deux nouveaux commis­saires administratifs. Car avec seulement deux can­didatures reçues, celles de Kamal Taposeea et de Nicolas Carosin, les deux hommes accéderont automatiquement, le 28 février prochain, au board des commissaires, et ce, pour les trois prochaines années.

 

Il semblait pourtant qu’on se dirigeait vers un bras de fer entre le président sortant, Kamal Taposeea, et Gilbert Mer­ven, l’ancien homme fort du MTC. On prêtait d’ailleurs l’intention à ce dernier de se présenter cette année aux côtés d’un de ses fidèles, en l’occurrence Michel Halbwachs, qui avait également fait par­tie de l’équipe dirigeante du Club de la rue Eugène Laurent, par le passé. Mais ils ne se sont pas ma­nifestés avant la fermeture du dépôt de candidatures hier après-midi, contrai­rement à Kamal Taposeea et Nicolas Carosin.


 

Contacté par la ré­daction, le président du MTC s’est dit intrigué par le manque de can­didatures, cette année. Toutefois, il estime que cette situation traduit sans doute la confiance que les membres du MTC pla­cent dans l’actuel board des commissaires. «Je pense que c’est surtout un «acknowledgement» pour le travail que nous avons accompli jusqu’ici. Les membres sont conscients de la situation difficile dans laquelle le Club se trouve. Ils nous laissent finir ce que nous avons commencé. Qu’ils se rassurent, je ne vais pas les laisser tomber.»


ENTHOUSIASTE


Interrogé sur l’actua­lité hippique, Kamal Ta­poseea s’est montré très enthousiaste par rapport à la nouvelle ligne de com­munication mise en place avec les autorités gouver­nementales. Encore plus après sa récente rencontre avec le Premier ministre, Pravind Kumar Jugnauth. «Il y a effectivement un dé­gel dans les relations avec la Gambling Regulatory Authority (GRA) notam­ment. A mon avis, cela ne pourra qu’être une win-win situation pour toutes les parties concernées, car il y va du sport préféré des Mauriciens.»


Quid de l’officialisa­tion du calendrier hip­pique 2020 ? «J’ai tout le temps dit qu’il fallait respec­ter les institutions. Certes, nous n’avons toujours pas reçu de réponse par rap­port à notre demande de 43 journées mais je crois com­prendre que c’est en bonne voie. Ça devrait aller.»

The Insider's Verdict
The Insiderz Verdict
  • Fantastic Light Images