COVID-19 Le MTC compte se pencher sur la question

Par Carline, le 02 Mar 2020 11:11

Alors que l’épidémie du COVID-19 se répand inexorablement à travers le monde et que les autorités mauriciennes sont en alerte, on est en droit de se demander dans quelle mesure l’industrie hippique pourrait être impactée, dans l’éventualité où un premier cas du virus venait à être détecté à Maurice.

On n’en est pas encore là mais vu la rapidité avec laquelle le virus se propage et compte tenu de la nature à risque de notre île – Maurice étant classé parmi les pays les plus vulnérables en Afrique selon un rapport de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) –, on considère que ce sont des questions tout à fait légitimes.

Loin de nous l’intention de créer une psychose, on ne peut s’empêcher de penser  que le COVID-19 pourrait  avoir des conséquences irréversibles sur l’industrie hippique.

En effet, une réunion de courses attire des milliers de personnes, venant des quatre coins de l’île  pendant trois jours (du jeudi au samedi) au Champ de Mars chaque semaine et vu la nature contagieuse du virus et son mode de transmission, il est fort probable que les autorités  vont prendre des mesures pour interdire des regroupements de foule – public gathering – dans l’éventualité où un cas positif du COVID-19 est répertorié dans notre île.

Les courses se dérouleront-elles alors à huis clos, comme c’est le cas pour plusieurs matches de foot actuellement en Italie ? Comment les parieurs feront-ils pour placer leurs paris ? Dans le worst case scenario, va-t-on suspendre temporairement la saison ?

Comme l’industrie hippique représente une véritable manne financière (elle contribue plus de Rs 700 millions) dans les caisses de l’état,  la logique voudrait qu’un contingency plan digne de ce nom soit élaboré  entre les différents stakeholders  pour parer à toute éventualité, comme cela se fait, d’ailleurs, dans d’autres secteurs tels que l’hôtellerie.

étonnamment, il semble que le MTC ne sevsoit pas encore penché sur toutes ces questions.  à ce stade, il paraît même qu’il n’y a pas encore eu de concertations entre l’organisateur de courses, les autorités sanitaires et le ministère de la Santé. De toute évidence, les administrateurs avaient d’autres chats à fouetter avec la tenue de l’Assemblée générale élective vendredi mais le président Kamal Taposeea a affirmé après son élection qu’il comptait organiser incessamment une réunion d’urgence  avec les différents stakeholders pour aborder la question.

The Insider's Verdict
The Insiderz Verdict
  • Fantastic Light Images