Training matinal : le public toujours privé d'informations

Par Carline, le 16 May 2020 10:29

Si le gouvernement n’y voit aucun inconvénient, la saison hippique reprendra ses droits à huit clos en juin (la date du dimanche 14 juin est même citée).

Même si le MTC (Mauritius Turf Club)  n’a pas encore obtenu officiellement  l’aval des autorités pour la reprise, il faut néanmoins relever que  les entraîneurs ont déjà été informés des ‘fixtures’ pour les deux premières journées.

A cet effet, il est  bon de faire ressortir que plusieurs écuries ont accéléré le travail de leurs chevaux dans l’optique d’une éventuelle reprise depuis mi-avril.

Les différentes écuries enchaînent les galops sur la petite piste chaque semaine, mais aussi étonnant que cela puisse paraître, il n’ y a pratiquement personne à ce jour, que ce soit au niveau du MTC et encore moins, celui de la presse, qui détient actuellement un ‘record’  en bonne et due forme de ces galops. Le public, principal financier de l'industrie hippique, est privé d'informations utiles sur la forme des chevaux. But who cares à la GRA et au MTC ?

En tant qu’organisateur des courses, le MTC avait le devoir de s’atteler à cette tâche, mais pour des raisons qui nous échappent, cela n’a pas été fait.. Un simple clic sur le site officiel du MTC nous permet, d’ailleurs, de constater l’étendue du problème :  les derniers galops répertoriés remontent au... 19 mars dernier, soit pratiquement deux mois de cela. Aberrant !

Qu’est-ce qui a bien pu  empêcher le MTC de chronométrer où même de filmer les galops d’autant plus qu’en terme logistique, cela n’aurait pas nécessité un gros déploiement de ressources ? On peut se le demander surtout en ces temps de crise où les autres médias sont dans l’incapacité d’exercer au Champ de Mars et que le public turfiste est par conséquent, plus que jamais avide d’informations.

A moins que le MTC ait refusé de jouer le jeu tout simplement parce qu’il   voulait éviter de se mettre en porte à faux avec la GRA (Gambling Regulatory Authority) qui pour rappel, ne lui a octroyé le feu vert pour poursuivre l’entraînement durant la période de confinement, à la seule condition que les chevaux s’exercent au trot et au canter (maintenance work).

Le manque crée l’envie a-t-on l’habitude de dire.  Un compte rendu détaillé des galops et des images de l’entraînement auraient certainement contribué à raviver l’intérêt des turfistes  dans l’attente de la reprise et attirer par la même occasion de nouveaux membres sur le site officiel du MTC.

Faut-il s’étonner, par ailleurs, si par les temps qui courent les turfistes mauriciens sont plus préoccupés par les courses hongkongaises et françaises ? Le comble de l’ironie est que valeur du jour, ils détiennent  plus d’informations sur l’entraînement et la forme des chevaux dans ces juridictions lointaines que dans leur propre pays !

Malheureusement, ce n’est pas demain qu’ils  verront la lumière au bout du tunnel, car selon le protocole établi par le MTC, et approuvé par la GRA semble-t-il, dans le cadre de la tenue de ses activités à huis clos, la presse qui est pourtant un service essentiel et qui demeure, qu’on le veuille ou non, la principale source d’informations des turfistes – est privée d’accès aux entraînements.

Quand on prend en considération qu’on est hypothétiquement à moins d’un mois du début de la saison et que probablement jamais dans les annales du turf, les chevaux sont restés aussi longtemps – (sept mois ou bien plus dans certains cas) éloignés de la compétition, il va sans dire que la présence des journalistes au Champ de Mars aurait dû être une évidence.

Les turfistes qui sont dans le noir le plus complet compte tenu du manque d’informations, auront plus que jamais, besoin de l’éclairage de la presse hippique pour effectuer leurs analyses lorsque les courses reprendront. Mais force est de constater que  dans la situation actuelle, la presse ne leur sera pas d’une grande aide, étant elle-même privée d’accès au Champ de Mars.

Un administrateur que nous avons sollicité  récemment nous a confié que le protocole ayant trait à la présence de la presse sera assouplie aussitôt que le MTC obtienne le feu vert des autorités pour débuter la saison.

On ne met pas en doute sa sincérité, mais le problème est qu’entretemps les chevaux continuent de travailler et peu importe l’incertitude qui règne quant à la reprise, on  n’est plus en mesure d’attendre plus longtemps car il nous manque déjà pratiquement deux mois de données.

La présence des journalistes aux entraînements est donc devenue indispensable.

Si les dirigeants du  MTC ont vraiment à cœur l’intérêt des turfistes et de nos courses en général, ils doivent dans un souci de transparence,  rectifier cette anomalie pour ne pas dire cette absurdité au plus vite. Les turfistes, qui financent nos courses à coup de millions chaque semaine, méritent certainement beaucoup  plus de considération et de respect.

The Insider's Verdict
The Insiderz Verdict
  • Fantastic Light Images