Noble Chieftain : Un étalon en or

Par Carline, le 19 Jun 2020 11:57

Aucun cheval n'aura marqué l'histoire des courses classiques à Maurice autant que Noble Chieftain et cela sans avoir jamais posé les pieds sur notre île. Sur seulement onze produits importés à Maurice de 1963 à 1982, cet étalon irlandais, ayant fait la monte en Afrique du Sud, nous aura engendré sept gagnants classiques individuels qui ont capturé un total de 17 courses classiques au Champ de Mars. Parmi ces chevaux, il y a bien sûr Noble Salute, célébré ce samedi par une course de Groupe 3 sur 990 mètres. Ce dernier ayant déjà fait l'objet de nombreux reportages dans la presse, intéressons-nous donc de près à son valeureux père, Noble Chieftain.

L'importation de Noble Chieftain en Afrique du Sud n'était pas vraiment à l'agenda. Les éleveurs sud-africains Chris, Malcolm et Paul de Wet avaient donné pour instructions à Keith Freeman, leur Bloodstock Agent, d'acquérir Dambarnie, un fils de Dante, pour £7 500 mais le propriétaire de ce cheval, le caractériel Major Lionel Holliday, annula la vente après avoir donné son accord. Mécontents, les De Wet le menacèrent de procès s'il ne leur vendait pas un autre cheval de valeur identique. Placé au pied du mur, le Major leur proposa alors Noble Chieftain, pour £6 000, sur lequel de sérieux doutes existaient quant à sa capacité à devenir un étalon en raison de son caractère ténébreux. Les De Wet ont, néanmoins, accepté cette deuxième proposition d'achat vu les excellentes performances de Noble Chieftain à 2 ans et son valeureux pedigree, occasionné par le croisement de son père Nearco à la poulinière Vellada. Cela donnait l'intéressant mariage de deux grands élevages. Nearco, champion invaincu en piste et brillant reproducteur, était 'l'œuvre' du grand éleveur italien Federico Tesio. Vellada n'avait jamais couru mais elle avait dans les veines le sang de Tourbillon, l'étalon champion du grand éleveur français Marcel Boussac. Cela lui suffisait comme référence.

A 2 ans (1954), Noble Chieftain était invaincu après ses trois premières courses. Il remporta deux Stakes races sur 5 furlongs à Newmarket et à Sandown Park avant d'aller gagner les Coventry Stakes (5 furlongs) dans les décors glamour de Royal Ascot. Noble Chieftain courut ensuite non-placé dans le Prix Morny en France et dans ses deux dernières courses anglaises, les Middle Park Stakes et les Dewhurst Stakes. Son tempérament avait entre-temps changé pour le pire, malheureusement. Il devint difficile à entraîner et une fois, il s'en prit à son Lad. A 3 ans, Noble Chieftain ne connut qu'un seul succès, s'imposant dans les Bayardo Stakes (15 furlongs) à Manchester et il dut se contenter d'accessits dans les Cromwell Stakes, les Classic Trial Stakes et les Stockil Stakes. Ce fils de Nearco ne se plaça pas contre les meilleurs de sa génération dans les 2000 Guinées de Newmarket et dans le Derby d'Epsom, où il fit le train jusqu'aux Bushes et termina 12e. Performance positive pour la revue Timeform.

Importé en Afrique du Sud le 15 décembre 1955 et installé au Prospect Stud au Cap où il débuta comme reproducteur, Noble Chieftain ne tarda pas à influencer l'élevage sud-africain. Neuf fois parmi les trois meilleurs reproducteurs, il fut sacré Etalon Champion trois saisons de suite, soit en 1965-1966, 1966-1967 et 1967-1968 et Champion des Pères de Mères en 1977-1978 de par les victoires de ses petits-enfants nés de ses filles au haras. Ses produits ont montré de la qualité en décrochant 68 Stakes wins. De 1958 à 1982, ils ont engrangé 1 404 victoires d'une valeur de 2,7 million de rands. Ce qui est aussi impressionnant, c'est la compétitivité de ses produits. Des statistiques, tenues jusqu'en 1977, démontrent que 90,6% (soit 348) de ses 384 premiers foals ont participé aux courses et que 82,1% d'entre eux (soit 286) ont goûté à la victoire. Parmi ses représentants les plus distingués en Afrique du Sud, l'on devrait citer : Carlisle (South African Derby), Peter Beware (Queen's Plate & BH Metropolitan Handicap etc.), Caradoc (SA Invitation Stakes & Durban Champion Stakes), Dragon Prince (Rhodesian Guineas, Jockeys International Stakes etc.) et Bahadur (BH Metropolitan Handicap & Transvaal Champion Stakes etc.). Adressons nos remerciements à Jay August pour ces statistiques qui éclairent sur les qualités de Noble Chieftain.

La seule critique pouvant être adressée à Noble Chieftain serait le caractère fougueux qu'il avait transmis à ses poulains et certains d'entre eux durent être castrés. Sur les dix mâles importés à Maurice, par exemple, l'on relèvera neuf hongres avec le docile Holdall faisant exception. Pourtant, son propriétaire, M. Paul de Wet, jura qu'en 21 saisons de monte, Noble Chieftain ne s'est jamais montré agressif envers ses compagnes. Le décès de ce magnifique étalon est survenu en 1979, soit deux ans après sa mise à la retraite complète. Les tableaux ci-joints démontrent la belle réussite classique de sa progéniture à Maurice ainsi que leurs palmarès respectifs. Sur ce sujet, signalons que son petit-fils Day To Remember, issu d'une de ses filles, Desert Born, a survolé le Barbé de 1980. Pourra-t-on égaler un jour l'empreinte de ce fameux Noble Chieftain sur nos courses classiques ?

Khalid Rawat

The Insider's Verdict
The Insiderz Verdict
  • Fantastic Light Images