Le charismatique Mystic Snow

Par Carline, le 17 Jul 2020 09:55

La Coupe du Cent-Cinquantenaire du Mauritius Turf Club doit sa renommée principalement à son épreuve inaugurale de 1962 quand trois cracks, notamment Demdyke (1er), Prodigal (2e) et Captain Trial (3e), livrèrent une course épique dont la grande qualité fut soulignée par l’établissement d’un nouveau record du 10 furlongs. Les éditions subséquentes de cette semi-classique furent davantage valorisées par l’autre vedette Winged Pharoah, auteur d’un doublé en 1963 et 1964. Quand Mystic Snow arriva sur la scène du Champ de Mars en 1965, il ne semblait pas facile pour lui de pouvoir faire mieux dans cette épreuve. Et pourtant, le cheval noir allait prouver le contraire en y réalisant un triplé inédit, devenant ainsi le premier coursier sur le turf dont le nom figure trois fois sur le socle de la fameuse coupe en or. Un honneur que, seul, l’incontournable Noble Salute a pu revendiquer jusqu’ici.


Mystic Snow était un pur-sang né le 27 septembre 1960 au sein de l’élevage de Robert Murray en Afrique du Sud. Il fut engendré par Sybil’s Nephew, un étalon anglais à la robe noire, né en 1948 et qui s’était déjà fait connaître à Maurice par un autre de ses fils, l’illustre Prodigal. Deuxième dans le Derby d’Epsom sous les couleurs de Lord Milford en 1951 et détenteur de six victoires anglaises de haut niveau, Sybil’s Nephew s’était joint au parc-étalon sud-africain le 25 mai 1954. Durant une courte carrière de reproducteur en Afrique du Sud, il eut l’occasion de décrocher un titre de Champion Sire avant son décès prématuré en 1962.


Winter Loveliness, la mère de Mystic Snow, était aussi de naissance anglaise(1945) et elle arborait également une robe noire. Défendant, à l’âge de 2 ans, les couleurs de Lady Cambridge et entraînée par R. Jarvis, elle avait inscrit à son palmarès une unique victoire (5 furlongs) sur l’hippodrome de Folkestone. Exportée en Afrique du Sud en 1948, elle courut neuf fois à 4 ans pour un seul accessit avant d’aller au haras. Son infertilité limita malheureusement sa production à quatre foals seulement en une vingtaine d’années. Mystic Snow, son dernier poulain, fut précédé sur le turf sud-africain par deux autres gagnants : Glen Mist, mâle par White Horses et vainqueur de huit courses du Mile à 12 furlongs, et Mystic Frost, femelle par Mystery IX et gagnante d’une course de 5 furlongs.


Le croisement Sybil’s Nephew-Winter Loveliness avait produit, en 1960, un beau poulain noir joliment nommé par son éleveur : Mystic Snow. Confié par Robert Murray à l’entraîneur R.G. Forsyth (basé au Natal) en vue d’une carrière de coursier, notre futur champion débuta en course à Clairwood Park, Durban, le 3 novembre 1962, dans une course pour 2-ans sur 4 furlongs. Le parcours se révélant bien trop court pour ses aptitudes, il n’arriva que quatorzième dans un champ de 18 partants. En dix autres sorties lors de cette première saison, Mystic Snow trouva graduellement ses marques pour prendre trois accessits vers la fin de la saison.

 

 A 3 ans, Mystic Snow ne tarda pas à montrer son potentiel en gagnant trois fois à Greyville (son hippodrome fétiche) et en prenant un accessit cinq autres fois en 14 sorties. Le 7 septembre 1963, il battait 16 concurrents Maiden sur 9 furlongs ; le 4 avril 1964, il s’imposa d’une tête sur le Mile dans le bon temps de 1m38 3/5s et finalement le 4 juillet 1964, devant l’immense foule réunie pour le July Handicap, il devançait 14 concurrents dans une course de Third Division sur 9 furlongs et demi. L’avenir demeura néanmoins incertain pour Mystic Snow avec le décès de son éleveur-propriétaire survenu durant cette saison. Sa mise en vente devint inévitable.


La chance sourit alors au représentant du MTC qui était à la recherche de nouvelles unités pour la saison 1965. Mystic Snow fut ainsi acquis pour évoluer dorénavant au Champ de Mars. Mais la première cargaison de chevaux à destination de Maurice n’étant pas prévue avant février de l’année suivante (1965), Mystic Snow fut placé à l’entraînement chez l’entraîneur L. Hammon. Sous la férule de ce dernier, il courut sept fois et enregistra la quatrième victoire de sa carrière sud-africaine dans une course de Second & Third Divisions sur 10 furlongs et pour prendre 5 accessits. Il paraît que le MTC avait eu du mal à convaincre M. Hammon de mettre le cheval noir sur le navire en février 1965 tant l’entraîneur souhaitait garder ce sujet prometteur au sein son effectif en Afrique du Sud. Mystic Snow prit une deuxième place sur 10 furlongs pour sa dernière course sud-africaine le 13 mars 1965.


Mystic Snow débarqua finalement à Maurice le 18 avril 1965. Il n’échappa pas à l’oeil avisé de Serge Henry Sr (père de Kiki et de Philippe Henry) et fut son premier choix, logique, lors du tirage au sort des nouvelles unités qui eut lieu le même jour. C’était le début d’une fulgurante carrière sur le sol mauricien pour Mystic Snow. Pour ses dix sorties en 1965, il aligna huit victoires dont le Maiden, la Coupe du Cent-Cinquantenaire (en temps record) et trois autres courses principales, et prit deux accessits. Il avait clôturé cette première saison mauricienne en établissant un temps record (2m06.00) sur 10 furlongs qui ne fut jamais battu mais égalé seulement par de grands coursiers tels que King Sweep et Holdall. Ces performances lui assurèrent un premier titre de Cheval de l’Année en 1965.


 A la fin de cette même année 1965, Serge Henry rendit son écurie et tout son effectif passa sous la bannière de la nouvelle Ecurie Ram Ruhee, formée en 1966. «La manière d’entraîner Mystic Snow fut revue et on le transforma en un puissant front-runner», nous a déclaré Moorli Gujadhur, entraîneur de Mystic Snow en 1967 et 1968. La popularité du cheval noir ne cessa de grandir au fur et à mesure que les victoires et un deuxième titre de Cheval de l’Année, inédit jusque-là, tombèrent dans son escarcelle pendant les quatre saisons subséquentes où il défendit la casaque émeraude aux manches blanches.


Alors qu’il était à la fin de sa cinquième saison chez nous en 1969, Mystic Snow sut s’élever lors d’une grande occasion pour plaire à une nouvelle admiratrice, S.A.R. la Princesse Alexandra d’Angleterre, alors en visite à Maurice. Dans la course qui porta le nom de la visiteuse royale, Mystic Snow la fit sortir de sa réserve habituelle pour qu’à mi-ligne droite finale, la princesse s’exclama, «The Black is winning !» En effet, le cheval noir avait attendu patiemment un passage en ligne droite pour s’envoler vers une victoire par 5 longueurs.


Ce triomphe était encore frais dans la mémoire des turfistes au début de la saison 1970 quand survint l’un des plus grands drames vécus au Champ de Mars. Le 23 mai, pour sa deuxième sortie de l’année, Mystic Snow s’effondra sur la grande piste après avoir lutté et s’être incliné à la 2e place contre un plus jeune adversaire, Blazing Light. Ce jour-là, le Champ de Mars pleura la disparition d’un grand champion à qui une main criminelle avait administré une substance stimulante, voire nocive. Ainsi s’achevait la carrière de Mystic Snow, trop riche pour en parler dans tous ses détails ici et que nous avons ramenée à un tableau. Ses 29 victoires au Champ de Mars le placent en troisième position derrière Prodigal et Tommy Boy au classement des chevaux les plus victorieux à Maurice.


Ce texte serait incomplet si on n’abordait pas le caractère de Mystic Snow et ce ne serait pas de l’exagération que d’évoquer le charisme de ce grand champion. Si sa belle robe noire aux reflets bleus montée sur un corps d’athlète sans faille ne laissait personne insensible et que ses performances parlaient à sa place, son esprit compétitif cachait cependant un douxtempérament. Raj Ruhee, le fils de feu Ram Ruhee, se souvient encore que «Mystic Snow était un cheval accueillant. Une fois qu’il avait consommé mes carottes, il posait la tête sur mon épaule et se laissait dorloter».


Khalid Rawat

 

 

Mystic Snow : Cheval noir par Sybil’s Nephew et Winter Loveliness, né en 1960 en Afrique du Sud. Cheval de l’Année (1965 & 1967)

Entraîneurs : Serge Henry (1965), Ram Ruhee (1966), Moorli M. Gujadhur (1967 & 1968) & Yvon Félix Jean (1969 & 1970)

 

Palmarès (avec équivalence en Groupe version 2020)

Maiden Cup (1965) 2 Tours - Gr 1

Duke of York Cup (1966 & 1967) Le Mille- Gr 1

Colonel Draper Cup (1969) 10 Furlongs - Gr 2

Coupe du Cent-Cinquantenaire (1965, 1966 & 1968) 10 Furlongs - Gr 3

You You Cup devenue Tote Golden Trophy (1966 & 1967) 10 furlongs – Gr 3

 

Performances

Afrique du Sud

2 ans           11 sorties           0 victoire            3 placés

3 ans           14 sorties          3 victoires           5 placés

4 ans           7 sorties            1 victoire            5 placés

Total            32 sorties           4 victoires           13 placés

 

Ile Maurice

1965        10 sorties                 8 victoires                2 placés Rs21,300                 *Rang : 1er

1966       9 sorties                   4 victoires                4 placés Rs11,950                 *Rang : 3ème

1967       12 sorties                 8 victoires                3 placés Rs16,500                 *Rang : 1er

1968       14 sorties                 6 victoires                6 placés Rs14,600                 *Rang : 1er

1969       14 sorties                 3 victoires                7 placés Rs10,050                 *Rang : 3ème

1970       2 sorties                   0 victoire 0 placé     Nil                                          *Rang : Non Classé

 

 

Total       61 sorties                 29 victoires              22 placés                Rs74 400

*Rang au classement des chevaux

The Insider's Verdict
The Insiderz Verdict
  • Fantastic Light Images